C’est qu’elle a à cœur la lutte contre la discrimination et le racisme, la ministre française des Sports. Et elle le manifeste tant par des déclarations que par des actes concrets. Comme en témoigne son déplacement à Tours (centre-est de la France) le 19 décembre 2017 pour assister au match retour des 16eme de finale de la Coupe Challenge volley entre le club local et l’Olympiakos le Pirée. Laura Flessel apportait ainsi son soutien à l’attaquant du club tourangeau de volley Nathan Wounembaina victime de cris racistes au match aller du 6 décembre 2017 à Athènes. Le joueur indigné avait alerté l’arbitre, puis quitté le terrain devant le silence de celui-ci face aux cris de singe des supporters grecs à son encontre. L’arbitre exclura le joueur de la rencontre et sera conforté quelques jours plus tard dans son choix par la confédération européenne de volley qui arguera du mutisme des règlements à propos des comportements racistes sur les stades. «L’arbitre a suivi le règlement, a déploré Laura Flessel face à la presse au match retour. Il s’avère que le sportif est seul responsable. Le règlement doit être revu. Il faut travailler sous une forme européenne et internationale. Nous devons tous nous positionner et travailler dans ce sens. Mon rôle sera de travailler avec mes homologues sur cet aspect de lutte contre les discriminations et toutes les formes de discriminations (…). Il faut que l’on travaille avec les grandes instances, pour faire avancer les règlements. »

Une ministre engagée

Fidèle à son sacerdoce, la ministre des Sports a également apporté son soutien en janvier dernier à l’international Blaise Matuidi victime d’insultes racistes au stade de Cagliari en Italie lors du match de l’équipe locale contre la Juventus de Turin le 6 janvier 2018. Laura Flessel joignait ainsi sa voix à celle de la directrice générale de l’UNESCO, la Française Audrey Azoulay, dans un communiqué conjoint : « Nous condamnons tous les actes racistes qui pertubent au quotidien trop de manifestations sportives à travers le monde. Le sport doit être un vecteur de tolérance. Rien ne justifie qu’on le détourne ainsi pour attiser la haine. »

Tour à tour cadre dans l’évènementiel, manager de Clichy Escrime (banlieue ouest de Paris) et présidente de la commission « Ethique et valeurs », après sa retraite sportive en 2012, l’ex-championne olympique sait joindre les actes à ses paroles. On l’a ainsi vu défendre avec enthousiasme son projet de loi Paris 2024 à l’Assemblée nationale française. Dans l’attente du débat au Sénat, ledit projet Paris 2024 a été adopté le 20 décembre 2017 par tous les députés, à l’exception de ceux de La FranceInsoumise. La Loi Paris 2024 pourra autoriser le financement des Jeux à hauteur de 3,8 milliards €, le pavoisement des monuments historiques d’emblèmes jusqu’en 2024, ainsi que l’affichage exceptionnel trois mois durant des sponsors du Comité international olympique et des J0 2024 sur ces monuments historiques ou sur les sites classés accueillant des compétitions, et dans un périmètre de 500 mètres autour des lieux.

Partout où elle passe, la ministre se fait le chantre du sport de masse. Comme à Nevers (centre de la France), le 22 décembre 2017 où elle a tenu à encourager les jeunes duettistes du Cercle Escrime de la ville. «  Trois millions de pratiquants en plus ! » a lancé la ministre en inaugurant le hall de la maison des sports locale ; rappelant ainsi son objectif déjà clamé à la rentrée politique du 31 août 2017 lors de son déplacement à Châteauroux, dans le cadre des Mondiaux de Tir sportif de vitesse. Face à la presse, l’ex-championne olympique déclinait sa profession de foi : « … J’ai quatre axes dans ma lettre de mission. Il y a évidemment les Jeux Olympiques mais notre objectif sera plus que d’être dans l’équipe : on va organiser les Jeux, aller chercher les médailles. Mais on va aussi travailler dans le développement du sport dans la société, l’objectif c’est de donner la possibilité à tous de pratiquer plus de sports. On va insérer le sport dans les écoles, les enfants ne pratiquent pas assez, développer aussi le sport pour les enfants en situation de handicap. La pratique sportive en université c’est 2%, on va aller chercher cette pratique pour avoir des étudiants en meilleure santé. » Outre l’objectif d’augmenter le nombre de sportifs pratiquants, Laura Flessela conséquemment pour mission de promouvoir le sport en entreprise, de développer davantage les infrastructures sportives, avec un accès sécurisé pour les athlètes handisport, de revaloriser le statut des bénévoles, de mieux stimuler le sport de haut niveau et de favoriser la reconversion des sportifs retraités.

Personnalité préférée des Français

Laura Flessel n’ignore pas que la communication tous azimuts ne fait pas nécessairement une bonne ministre. En politique, il n’y a pas de cadeau à attendre ni des adversaires ni de la presse.Chaque geste est scruté et le moindre faux pas est vilipendé. Ce qui ne fait pas fléchir la ministre sur les décisions courageuses à prendre face aux dysfonctionnements de son ministère. Elle n’a pas hésité par exempleà transmettre à la justice, en août 2017, le dossier de l’un de ses prédécesseurs, Bernard Laporte, aujourd’hui président de la fédération française de Rugby ; lequel est soupçonné de favoritisme à l’égard du club de rugby de Montpellier de son ami Mohed Altrad. L’affaire est toujours en instance, d’autant qu’Altrad est devenu, en janvier 2018, sponsor maillot du XV de France pour 35 millions €.

Il n’est pas surprenant de voir Laura Flessel détrôner, à la mi-janvier 2018, Nicolas Hulot au palmarès des personnalités préférées des Français ; selon le baromètre Yougov pour leHuffPost et la chaîne Cnews. L’enquête a été réalisée sur un échantillon de 1 000 personnes interrogées entre le 4 et le 8 janvier. La ministre des Sports faisait déjà partie, depuis mai 2017, du Top 5 de ces personnalités ; et , selon le sondage Kantar Sofres pour le Figaro Magazine, elle arrive en 3eme position (derrière Nicolas Hulot et Jean-Luc Mélenchon) des personnes que les Français souhaitent « voir jouer un rôle important au cours des mois et des années à venir ».

La ministre à la cote de popularité exceptionnelle entend être l’oreille attentive des banlieues. C’est dans ce sens qu’elle a annoncé à la mi-décembre 2017, la réorientation du volet « développement du sport » du budget de son ministère au profit des banlieues. Ce volet concerne précisément le budget du Centre national pour le développement du sport, lequel budget devra dorénavant profiter aux quartiers défavorisés et à certaines zones rurales. » Dès 2018, les crédits du CNDS seront réorientés vers ces territoires carencés, en visant un objectif minimum de 50% d’ici à 2020. C’est mon choix, je l’assume. Il y a encore trop de territoires où l’on ne pratique pas assez de sport » a annoncé la ministre engagée en déplacement au Blanc-Mesnil (banlieue nord de Paris) sur le thème «je nage donc je suis ». Ce choix budgétaire de Laura Flessel n’est pas sans arrière-pensée. Il s’inscrit dans la perspective des Jeux Olympiques Paris 2024 qui verront les banlieues parisiennes renforcer leurs équipements sportifs.

Laura Flessel incarne une certaine fraîcheur à son poste, et véhicule une image populiste à laquelle s’identifie les jeunes sportifs. Son soutien à la construction d’un Colisée de 10000 places à Tremblay-en-France (banlieue au nord de Paris) est aussi le témoignage de sa politique de proximité.

Son palmarès d’escrimeuse

Jeux olympiques

Médaille d’or en épée individuelle en 1996

Médaille d’or en épée par équipe en 1996

Médaille de bronze en épée individuelle en 2000
Médaille de bronze en épée par équipe en 2004

Championnats du monde

Médaille d’or en épée par équipe en 2007
Médaille d’or en épée par équipe en 2008
Médaille d’argent en épée individuelle en 2001
Médaille d’argent en épée par équipe en 2006
Médaille de bronze en épée individuelle en 2005
Médaille de bronze en épée individuelle en 2006

Championnats d’Europe

Médaille d’or en épée individuelle en 2007
Médaille de bronze en épée par équipe en 2007
Médaille de bronze en épée individuelle en 2009
Médaille de bronze en épée individuelle en 2010
Médaille de bronze en épée par équipe en 2010
Médaille de bronze en épée par équipe en 2011